Maître Choralyne Dumesnil, avocate aux barreaux de Paris et de Californie

Harcèlement scolaire : que faire ? Un exemple


Il était une fois, une petite fille, Inaée, en classe de 6ème victime de harcèlement scolaire. Un garçon de sa classe, Eric, avait décidé qu'ils étaient "en couple" et répandait des rumeurs sur de prétendues "performances sexuelles" d'Inaée . Toute la classe se moquait d'elle.

Anaïs en parla à sa mère qui le signala à l'école. Les surveillants étaient sensés veiller sur elle.

Un jour, à la recréation, Eric tenta d'embrasser Inaée sur la bouche.

Le même jour, il la poussa, elle tomba sur le sol et il se mit sur elle en faisant des mouvements avec son bassin.

Les surveillants ne virent rien. Inaée et une de ses copines allèrent leur demander de l'aide, ils dirent : "nous n'avons pas vu, nous ne pouvons pas le punir".

Tentative amiable

Inaée en parla à sa maman qui demanda un rdv avec la direction de l'école. La direction promit de "faire attention". Ni Inaée, ni la maman n'étaient rassurés.

Les parents du petit garçon furent convoqués.

Un soir à la sortie, le père d'Eric alla vers la mère d'Inaée et lui dit : c'est une erreur, ce n'est pas Eric qui a fait ça, c'est un autre garçon. La mère d'Inaée eut du mal à garder son calme.

Manifestement, les parents d'Eric préféraient faire l'autruche plutôt que de voir la réalité et d'apporter du soutien à un garçon qui avait manifestement besoin d'aide et de repères.

Consultation juridique

Inaée n'allait pas bien. Sa mère décida de consulter une avocate, elle expliqua la situation.

L'avocate présenta les différentes procédures : procédure disciplinaire auprès de l'école, plainte pénale et enfin si l'école persistait à ne pas remplir ses obligations, une procédure administrative.

Elle conseilla un soutien psychologique. Inaée en avait déjà un.

Sur la déclaration de la mère d'Inaée à l'école, une procédure disciplinaire était lancée. Mais l'enquête a pris des semaines. En parallèle, une plainte au procureur de la République était régularisée.

Conseil pratique

La mère d'Inaée a dit : "C'est bien tout cela, mais au quotidien, elle fait comment ma fille ? Elle a tellement peur de ce garçon qu'elle n'arrive plus à faire ses devoirs et à aller à l'école. L'école ne la protège pas. Que peut-on faire ?"

Parfois, la meilleure solution : c'est le cri (inspiration Munch) et la fuite.

Lorsqu'Eric l'a agressée, Inaée s'est sentie complètement tétanisée, incapable de réagir.

Alors ? Elle est allée s'entraîner à crier très fort. Elle a pleuré, elle a ri et elle est retournée à l'école. Mais elle n'était toujours pas sereine (évidemment).

La mère d'Inaée a contacté une école privée dans le secteur et expliqué la situation. Le directeur l'a reçue en quelques jours et Inaée y a été inscrite très rapidement.

A J + 1 an : Inaée est toujours dans la nouvelle école, elle est déléguée de classe et elle est heureuse avec ses camarades de classe.

Les procédures sont en cours.


Articles similaires

Derniers articles

Contrôle Coercitif et Violences conjugales : traitement judiciaire au Royaume-Uni

15 Avr 2024

En France depuis quelques temps, le "contrôle coercitif" est brandi comme le nouveau terme ou la nouvelle analyse qui permettrait de lutter contre les violen...

Merci Christine Angot

25 Mar 2024

Merci Christine Angot, pour votre courage époustouflant dans votre documentaire « Une famille », merci de mettre le pied dans la porte du déni de l’inceste d...

March 8th 2024

08 Mar 2024

International Women's day !
Great we will talk about women ? Let's focus on how amazing and precious we are !
Feels good does not it ?
So now, you feel like ...

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.